Nos pas dans la neige

Marcher, en silence, dans la neige. Le craquement de la poudreuse sous nos pas, la forêt, le silence, le brouillard. Le dépaysement est total, l’esprit apaisé, rafraîchi. Marcher, marcher, fais attention à ne pas glisser là, tiens si on montait tout en haut de la tour. Le brouillard, partout, qui empêche d’admirer la vue qu’il m’assure être d’habitude si jolie. Atmosphère étrange, unique, semblable à ces landes embrumées si bien dépeintes par les sœurs Brontë. Les lacets de la route, virage après virage, la musique qui nous accompagne doucement, le chauffage pour réchauffer nos joues. Plus bas, la neige a fondu. La colline est boueuse, plantée de vignes en contrebas. Cette fois, la vue est bien là. On monte, un peu. On s’arrête. Silencieux. On soupire. On se regarde et on sourit.

Autre jour, autre promenade. En solitaire. Les cheveux attachés rapidement, un bonnet, ma capuche. Emmitouflée, j’affronte le crachin et la neige fondue. Les écouteurs dans les oreilles, je monte. La neige est là, en haut, dans la forêt qui surplombe notre immeuble. Seule, totalement seule, j’admire la neige qui recouvre les arbres, une branche tombée par terre. Seule, en redescendant, j’esquisse, malicieuse, quelques pas de danse au rythme de la musique qui résonne dans mes oreilles.

Le rituel de la fin d’après-midi, savourer le thé bien chaud et bien sucré. Se caler dans le fauteuil, le pc sur les genoux. Ou avec le livre du moment. Un peu de musique parfois pour accompagner la fin de journée.

Entendre ses pas dans l’escalier le soir. L’entendre respirer à côté de moi quand je m’endors. Me blottir dans ses bras. Rire, faire l’idiote. Faire la cuisine à deux. Parler des vacances. L’Italie ? Le Portugal ? Le Sud-Ouest ? Oh et puis, il faut qu’on aille en Croatie aussi un jour. Regarder le calendrier, cligner des yeux, mais oui, le mois de mars pointe déjà le bout de son nez. Le départ qui s’approche de plus en plus.

Balbutier quelques mots de cette langue étrange, se débrouiller en anglais pour le reste. Découvrir une pizzeria délicieuse, et savourer la chaleur, le brouhaha avant de repartir dans le froid et la nuit. Frissonner, serrer un peu plus fort sa main. Avoir des repères, un peu. Ah tiens, tu sais cette rue, c’est celle qui va vers le café au bord du Rhin où on a bu un thé en octobre.

Se promener au soleil un après-midi, rentrer dans des magasins. Tiens, un magasin de décoration bien sympa. Faire son premier achat dans la monnaie étrangère, deux petits carnets pour griffonner des idées, des notes, comme si je n’en avais pas déjà assez. Mais non, on a jamais assez de ces petits carnets là. Avoir envie de satisfaire sa gourmandise avec ses gâteaux si appétissants, là dans les vitrines du centre. Profiter d’être si près de l’Allemagne pour déguster des brötchens, s’extasier devant les yaourts. Oh tiens, du pudding, oh tiens, si on prenait ces yaourts au muesli.

Ouvrir un carnet, faire des listes. Prospecter, penser à l’avenir, sans l’appréhender. Continuer à apprendre à taire les doutes, les questions qui ne font rien avancer mais qui font tout l’inverse, arrêter de douter pour rien. Lever les yeux et le voir là, devant son ordinateur. Nous voir nous, chacun vaquant à ses occupations, et puis, un geste de tendresse, une complicité, une discussion à bâtons rompus, parler de tout et de rien.

Regarder par la fenêtre, sourire, se relire. Le plaisir d’écrire, de partager, tout simplement. Finir le mug de thé, compagnon fidèle de l’écriture.

Les (petits) plaisirs #3

Le silence a pris le pas sur les mots. Il y a eu le manque d’envie, le manque de temps, le départ, la solitude, les petits coups de blues, le travail qui prend trop d’énergie, le manque d’inspiration. Un peu tout ça à la fois.

J’avais besoin aussi de cette distance, de me retrouver un peu, de m’habituer à cette vie si différente qui sera la mienne durant ces quelques mois. Arrêter de voir le négatif, la distance, le manque, sécher ses larmes, et se concentrer sur le positif. Agir, faire des projets, poser des jalons pour après. Et essayer de renouer avec la joie des petits bonheurs simples, mais si essentiels.

¤ Savourer la perspective d’une journée à la maison après une semaine encore bien chargée, et renouer avec le plaisir de laisser ses doigts courir sur le clavier.

¤ Étrenner une belle robe de chez Comptoir des Cotonniers, l’assortir avec les merveilles que sont mes bottines Sézane et se sentir jolie.

¤ Le retrouver chaque soir grâce à la magie de Skype, se raconter nos journées, rire, se dire qu’on a hâte de se revoir, voir qu’il est déjà épanoui dans sa nouvelle aventure professionnelle. L’écouter parler de notre appartement, des balades qu’on pourra faire quand je serais là bas, de cette association d’expat’ qu’il a trouvé.

¤ Compter les jours sur le calendrier avant de le retrouver. Dans un peu plus d’une semaine. Mesurer la chance qui s’offre à nous de pouvoir passer mes deux semaines de vacances ensemble, en France. Savourer l’idée de changer d’air, de se retrouver dans sa famille afin de fêter la nouvelle année avec la mienne. Quinze jours de parenthèse, de partage, de repos.

¤ Faire un peu de cuisine, se réchauffer avec une bonne soupe maison, une gourmandise avec un gâteau dégusté un thé bien chaud en revenant du travail.

¤ Les élèves adorables, qui ont plaisir à venir en cours et qui le disent. Cette classe, difficile, nombreuse, bruyante, peu travailleuse, si peu motivée au début de l’année qui change, doucement, lentement, peu à peu. Sentir qu’on a réussi à en accrocher certains, qui participent, posent des questions, rabrouent une de leurs camarades qui prend un malin plaisir à perturber chaque cours. Se lancer un défi, celui de les réconcilier un peu avec ce système scolaire qu’ils détestent, dans lequel ils ne sentent pas à leur place.

¤ Ouvrir son casier en salle des profs et y trouver une friandise avec un mot adorable d’un collègue. Les copines du boulot toujours là, présentes, adorables. Avoir hâte de se retrouver au restaurant dans les prochains jours.

¤ Se trémousser devant le nouvel clip de la bombe HollySiz. Ecouter en boucle le live de Coldplay. Se sentir remuée par ce clip si touchant, si poétique.

¤ Et vous, vos commentaires, vos pensées, les échanges.

Les (petits) plaisirs #2

622db99164e2eb972e2c0ea71fbd41aa

¤ Déguster le 2e mug de café avec un muffin en surfant sur le net. Savourer la perspective de cette journée off, savourer l’idée d’être en week-end, et vouloir en profiter totalement avant son départ.

¤ Le moment du réveil, et se blottir dans ses bras. Venir le réveiller doucement parfois, et savourer la douceur des matins à deux, dans la chaleur de la couette, se sentir si bien, si à sa place, là, avec lui.

¤ Étrenner une nouvelle robe, et se trouver jolie. Sourire en se voyant dans la glace, respirer, et affronter la journée avec le sourire.

¤ Savourer le silence de l’appartement après le bruit de la journée.

¤ Le mardi férié qui te fait croire qu’on est dimanche. La balade en forêt, les couleurs de l’automne, s’emmitoufler dans une écharpe et respirer l’air pur. Déguster un bon chocolat chaud au retour.

¤ Arriver plus tôt au boulot pour profiter de Collègue Préférée, papoter de tout et de rien dans les fauteuils bleus.

¤ Lire les nouvelles notes de mes blogs fétiches. En découvrir de nouveaux.

¤ Les élèves adorables, les « déjà » quand la sonnerie retentit, les cours qui se déroulent bien. Finir sur une note positive ce chapitre de ma vie.

¤ Se mettre derrière les fourneaux, et sentir l’esprit s’apaiser pendant que les mains s’activent pour couper, faire cuire les légumes. Le plaisir de déguster la soupe maison bien chaude. Avoir envie de faire un gâteau au chocolat.

¤ Chanter à tue-tête dans la voiture cette chanson parfaite pour mettre de bonne humeur.

Crédit photo : Pinterest 

Les (petits) plaisirs #1

Note inspirée par les écrits de Miss Blemish

602cb8c6c98971ddfa2b6d89acbb3776

La semaine a été intense, et à la veille de la reprise, je me sens finalement bien peu reposée. Semaine intense, car en début de semaine, nous étions en Suisse, là où nous allons vivre dans quelques mois (et quelques semaines pour l’amoureux). Le départ se rapproche de plus en plus, et je crois que j’ai encore du mal à réaliser que nous allons vivre à 700 km l’un de l’autre pendant quelques mois…

Alors, plus que jamais, j’ai eu l’envie de me raccrocher aux petits plaisirs de la vie, aux sourires de la semaine…

¤ Arpenter les ruelles de notre future petite ville et la trouver très jolie, se réjouir à l’idée de la découvrir vraiment, les balades au bord du Rhin ou en forêt. Avoir déjà peut-être trouvé un petit café fétiche avec des pâtisseries qui semblent délicieuses.

¤ Le soulagement, et la joie aussi, d’avoir trouvé notre appartement là-bas, tout neuf, très bien équipé, lumineux, avec un beau balcon. J’ai hâte de pouvoir l’aménager, pouvoir faire un peu de décoration aussi car cette fois, j’espère bien qu’on s’y posera un petit moment !

¤ Sa main dans la mienne, savoir qu’il me connaît par cœur, qu’il sait tout de suite quand le moral chute un peu, et qu’il sait si bien me rassurer.

¤ Prendre plaisir à parler anglais pendant deux jours, et se dire que oui, l’allemand ça finira bien par le faire !

¤ Les couleurs de l’automne un peu partout, le ciel bleu, l’air qui commence doucement à se rafraîchir.

¤ Refaire le plein de thé pour la saison : un indispensable pour moi, le thé Oolong châtaigne de Dammann et une nouveauté, le thé amande & pistache de Nature et Découvertes. Le déguster après une après-midi shopping en amoureux en bloguant.

¤ Remplir mon Pinterest de vernis Essie, faire une wish-list de teintes que j’aimerais ajouter à ma collection, mais rester raisonnable. En ce moment, je ne jure que par les teintes foncées : bordeaux, marrons, et des gris.

¤ Faire un peu de shopping : un pull bordeaux, une robe grise et une robe bordeaux que j’attends de pied ferme (définitivement mes teintes de l’hiver). Craquer (virtuellement) pour des robes Comptoir des Cotonniers. Baver devant la collection Sézanne, et surtout sur des bottines que je compte bien m’offrir fin novembre avec mes heures sup’ !

¤ Un déjeuner délicieux avec ma maman, un vrai moment de partage et de complicité.

¤ Le regarder et le trouver si beau avec sa veste grise, et son écharpe bordeaux. Sourire. Profiter.

Les petits trésors du vendredi #2

Surfer sur le net en lisant des blogs / Aller à la boîte aux lettres et y  découvrir les deux colis tant attendus de chez Esprit et Asos / Découvrir les nouvelles robes et les trouver vraiment très jolies / Boire trop de thé / Ne pas avoir envie de bosser ni de corriger des copies et se dire que ça attendra bien la semaine prochaine et mes heures de creux au lycée / Sourire parce que c’est le week-end / Sourire parce qu’on va voir Stromaé en concert demain et que ça lui fait tellement plaisir que j’oublie presque qu’on va être dans la fosse et que je déteste la foule / Regarder les derniers HIMYM et avoir une boule au ventre en se disant que non, la fin ne sera pas tragique, non non, pas possible / Essayer de ne pas culpabiliser parce que les pochettes de cours resteront sûrement dans leur sac ce week-end / Ne pas y arriver totalement, on ne se refait pas  / Regretter d’être un peu loin de mon indispensable et se dire que ça me manque de ne pas pouvoir décider de se voir, comme ça, juste parce qu’on a envie / Être nostalgique, un peu, mais se dire que la vie est plus jolie ainsi, beaucoup / Ne pas savoir où cette note mène, mais se dire que c’est bien aussi quand c’est un peu fourre-tout non ? / Se faire offrir un restau’ un lycée pour le repas anglais de « sa » classe et être très très fière / Se dire que l’année prochaine sera meilleure côté élèves, hein, oui elle sera meilleure / Et puis, se dire que pour les quelques perles malgré tout, ça vaut le coup, oui, ça vaut vraiment le coup.

Bref, c’est vendredi.

Les petits trésors du vendredi #1

* Surfer sur le net dans l’appartement vide en attendant son retour, une tasse de thé à proximité et de la musique pour seul compagnon. (Scars on 45 – Beauty’s running wild)

*Relire des mails et avoir le cœur serré devant tout ce gâchis de cette amitié en train de mourir.

* Savourer le plaisir de l’appartement et de sa vue.

* Retourner pour une petite halte rapide dans son ancien chez soi, se sentir presque étrangère, et le trouver petit.

* Bosser, un peu. Profiter du calme après le bruit du lycée.

* Acheter de quoi se faire un repas en amoureux parce qu’il paraît que c’est la St Valentin aujourd’hui, mais à vrai dire, on s’en moque un peu. La soirée ne sera pas plus spéciale qu’une autre, et à vrai dire, les 24 ont bien plus de signification pour moi (nous) que ce 14 février partagé par tous et qui ne nous appartient donc pas vraiment.

* Retrouver le plaisir des listes sur le blog.

* Surfer sur le net pour admirer la nouvelle collection, et avoir envie de nouvelles robes / jupes. Comme par exemple celle-ci chez Bonobo ou celle-là chez Etam (oui j’aime le bleu ^^)

* Passer trop de temps sur Pinterest. (ici)