Mais de tout, je me souviens…

12

C’était un dimanche après-midi comme un autre, il faisait beau et on a décidé d’aller marcher en forêt. On parlait de tout et de rien, comme souvent, et puis, on a réalisé que ça faisait plus d’un an que je l’avais rejoint ici et que nous avions changé de vie. On a souri, et on s’est dit que nous étions fiers de nous. Je me suis sentie si légère en disant ces mots si rares chez moi. Je suis fière de nous. Je suis fière de moi.

Je ne suis pas quelqu’un qui a pour habitude de se faire des compliments, qui s’auto-congratule et qui a une solide confiance en soi. Au contraire même, je suis plutôt exigeante et critique envers moi-même. Je doute, je m’interroge, je laisse la peur me freiner et s’immiscer. Alors, ces cinq mots ont un sens, une substance. Ils sont rares, et d’autant plus précieux à mes yeux.

Je suis fière de moi. Fière de nos quinze premiers mois en terre étrangère. De ce que j’ai accompli, de ce que nous avons bâti ici, étape par étape. Quand j’ai annoncé mon départ, quand j’ai expliqué que oui, j’allais le rejoindre, que oui j’allais quitter mon travail, ma famille, mes habitudes, je sais que certains n’ont pas compris. Certains n’ont pas accepté mon choix, l’ont jugé, m’ont jugé. Peut-être que ça partait d’un bon sentiment, celui de vouloir que tout aille bien pour moi. Peut-être que ces personnes se sont inquiétées parce qu’elles tenaient à moi. Mais, je sais aussi que d’autres ont émis un jugement, ont pensé que je faisais une terrible erreur et ne m’ont pas offert le moindre soutien. J’en ai souffert. Aujourd’hui, si je suis fière de moi, c’est aussi en partie pour cette raison. Sans amertume ni supériorité ni jugement. Ou simplement en se disant que s’ils ont réagi ainsi, c’est peut-être qu’ils savaient au fond d’eux-mêmes qu’ils n’auraient pas être capables de partir ainsi et de tout recommencer ailleurs.

Parce que c’était courageux de partir. C’est courageux de changer de vie. Et c’est difficile. On tombe, on se fait mal, on a peur, on a des doutes, on se sent perdu. Parfois, on le regrette même. Mais partir m’a fait grandir. Mûrir. Muer. M’affirmer. Je suis plus forte, je me sens plus solide. J’ai changé. Je me retourne et je regarde la petite fille un peu terrorisée que j’ai laissé de l’autre côté de la frontière avec un sourire nostalgique et le sentiment d’avoir eu raison.

Je suis fière de nous, d’avoir su préserver et faire grandir notre couple malgré la distance et l’expatriation. Je suis fière d’avoir réussi, en une année, à me reconstruire ici. Je suis fière d’avoir un travail qui me plaît, dans lequel je m’épanouis, et qui me permet de retrouver peu à peu une petite indépendance financière. Je suis fière d’avoir su m’adapter à un environnement totalement étranger. Fière et heureuse de prendre plaisir à enseigner le français et de savoir que mes compétences sont appréciées et reconnues. Fière de ce nouveau chapitre, de ces nouvelles rencontres qui m’enrichissent.

Rien n’est parfait, ni achevé. Le chemin est encore long. Notre vie ici n’est encore qu’une ébauche. Il reste tant à faire. La barrière de la langue encore trop présente, les relations qui se nouent encore difficilement. Continuer à avancer, à progresser. Mais, ça, c’est la vie non ? Changer, évoluer, se remettre en question, avancer, progresser, tomber, parfois, mais toujours se relever. Se respecter, s’écouter, découvrir, apprendre. Savourer les petites et les grandes victoires. Etre fière de soi et des autres. S’aimer.

image 

11 comments on “Mais de tout, je me souviens…

  1. Il y a eu du changement par ici, je ne suis pas venue depuis un moment.. J’aime bien ce que c’est devenu 🙂
    Et j’aime toujours te lire, cette douceur et cette tranquillité avec laquelle tu analyses ton quotidien, ta vie, tes propres pensées, font de ta page un véritable refuge pour ceux qui passent par là..
    Félicitations pour ces beaux mois de réussite, pour ce que tu as accompli, et très bonne continuation à toi !

  2. Mais comment peut-on juger quelqu’un sur un choix pareil ? Etait-ce même un choix ? Tu as choisi ta vie, y a-t-il quelque chose de plus normal ? Des fois les gens sont incompréhensibles.
    Il faut être fière de soi. C’est fondamental, car si tu ne l’es pas, personne ne le sera pour toi. Et fière de soi, ça veut dire fière de se planter, fière de réussir, de tomber, de se relever. C’est ça être fière de soi. C’est pleurer et c’est être gonflée de bonheur et d’importance. Bien sûr que c’est courageux de changer de vie ! Mais quelque part, tu n’es partie « qu’en Suisse ». Les gens auraient eu raison de s’inquiéter si tu partais au fin fond de la Papouasie Nouvelle Guinée sans projet particulier, seule, et sans argent (pour prendre un exemple extrême).
    Une de mes amies m’a fait quelque chose du genre cet été, quand j’ai fait la formation que j’ai faite pour changer de vie, moi aussi. Elle m’a dit qu’elle ne me voyait pas du tout faire ça. Pourquoi ? Parce que moi, contrairement à elle, j’ai bougé. J’ai avancé. J’ai osé faire un pas sur le chemin du changement, ce pas qu’elle n’ose pas faire. Et ça, ça fait peur… Bref, je m’étale; mais le message est : sois fière de toi !

    1. Je suis tellement d’accord avec toi !! Et oui, on n’est pas si loin c’est clair 🙂
      Je partage ton analyse sur les gens qui réagissent ainsi parce qu’au fond, eux n’osent pas et que ça les renvoie à leurs propres peurs.
      Et bravo du coup pour le changement de vie alors 😉
      <3

  3. Tu donnes une belle leçon de vie aux gens qui doutent, aux gens qui ont peur mais aux gens qui ont été médisants avec toi. Tu es courageuse. Tu as de quoi être fière de toi 🙂

  4. A la question (en entretien d’embauche) « Quelle est votre plus belle réussite », ma meilleure réponse est « D’avoir tout recommencé de zéro à l’autre bout du monde, d’avoir tout su recréer, reconstruire, en commençant par la première fourchette ».

    Tu peux être fière de toi!

  5. Et tu peux l’être : fière de toi ! Ca participe à la beauté de la vie que de se lancer, que de s’évader d’un livre étriqué pour se diriger vers une histoire beaucoup plus épanouissante. Surtout quand on ne sait pas encore qu’elle le sera, épanouissante. Mais qu’on a envie qu’elle le soit, et qu’on s’en donne les moyens. Je dis : chapeau. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *